Revenir sur l’engagement de bâtir les systèmes de demain serait une erreur pour les villes dans le contexte actuel.

Publié originellement sur Gulf News, le 13 octobre 2020
Par Olivier Badard, CEO Asie-Pacifique, Moyen-Orient, Afrique du Nord - RATP Dev

Les premiers mois de l’année 2020 ont vu un ralentissement, voire une mise à l’arrêt sans précédent des réseaux de transports publics urbains. Depuis, une question est sur toutes les lèvres, sans qu’on puisse y apporter de réponse dans l’immédiat : quand et dans quelle mesure nos villes pourront-elles retrouver une situation normale ?

L’un des tout premiers signes sera le retour de la fréquentation à des niveaux proches de ce qu’ils étaient avant la pandémie. Les villes qui sauront efficacement rassurer les usagers sur la sécurité à court terme et la qualité à long terme auront un avantage concurrentiel dans la reprise économique post-Covid.

Nous entrons actuellement dans une ère où certains voyageurs n’ont plus emprunté les transports en commun depuis plusieurs mois. Le niveau d’inquiétude s’en trouvera forcément augmenté. Pour les autorités organisatrices de transport et les opérateurs, la priorité absolue doit donc être de veiller à ce que les réseaux soient conçus de telle sorte que les voyageurs puissent se déplacer en toute sécurité, mais aussi en toute tranquillité d’esprit.

La peur de l’inconnu

L’Agence internationale de l’Énergie a récemment publié un rapport illustrant parfaitement le défi auquel sont aujourd’hui confrontés les transports publics. De son point de vue, tant que le risque d’être infecté par le coronavirus dans les transports en commun sera perçu comme supérieur à celuiliés aux autres formes de transport, de nombreux voyageurs persisteront à ne pas emprunter les transports publics.

Ce phénomène sera sans doute encore plus prononcé là où la culture des transports publics est plus récente, et donc moins fermement ancrée dans les habitudes, comme c’est le cas dans de nombreuses villes du Moyen-Orient. Montrer à ces voyageurs qu’ils peuvent se déplacer en toute sécurité, de façon confortable et rapide, contribuera grandement à restaurer la confiance envers les réseaux de transports publics.

À terme, ce sentiment de sécurité, induit par des transports alliant excellence opérationnelle, technologie de pointe et propreté, assurera aux villes qui investissent d’être perçues comme deslieux où la vie est plus heureuse, plus saine et plus prospère.

Ne pas dévier du cap

Alors que l’économie mondiale reste fortement touchée par le contexte actuel, la notion de rentabilité, à court et plus long terme, est plus importante que jamais. L’automatisation montre bien comment l’innovation peut améliorer de façon significative la valeur d’un investissement à long terme dans les transports, en réduisant la facture énergétique et en accroissant les revenus grâce à une plus large capacité.

Concevoir, bâtir, exploiter et entretenir un système qui réduise considérablement le risque d’erreur humaine et les besoins de maintenance tout en offrant un service de qualité plus fluide aux voyageurs peut conférer aux autorités de transport un avantage financier significatif à long terme. C’est ce qui ressort de notre expérience de premier opérateur de métro automatique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ainsi que l’un des plus importants au monde.

Cette amélioration de la qualité du service est rendue possible grâce à une étroite collaboration entre les différents opérateurs, les autorités et les fournisseurs locaux. Déployer une infrastructure de transport à l’échelle d’une ville entière exige évidemment le recours à des organisations d’une certaine taille et les capacités techniques nécessaires au déploiement.

Être à l’écoute localement

Mais concevoir et fournir un service sans consulter les entreprises, ouvriers et habitants au niveau local, c’est compromettre considérablement ses chances de réussite. Il faut développer les talents locaux et doter la main-d’œuvre locale des savoir-faire nécessaires pour optimiser la longévité des grands projets. L’expertise technique est une chose, mais comprendre la culture locale et adapter sur mesure la conception des services est également essentiel pour la réussite de tout projet dans le domaine des transports publics.

Le Big Data et les technologies liées à l’intelligence artificielle dont disposent aujourd’hui les opérateurs de transport nous renseignent avec plus de précision que jamais sur la façon dont le réseau est utilisé et permettent de repérer plus tôt les pistes d’amélioration pour adapter les services aux besoins et aux comportements des voyageurs. D’après un rapport récent de l’ADL, la pandémie de Covid-19 constitue une opportunité à moyen terme pour exploiter la puissance des données afin d’améliorer la résilience du système et de restaurer la confiance entre opérateur et voyageurs grâce à une communication anticipée de l’information.

Ceci doit se faire dans le cadre d’un partenariat entre autorité et opérateur afin d’optimiser le processus de prise de décision. Dans nos opérations en Île-de-France, nous veillons chez RATP Dev à ce que les autorités de transport public puissent accéder directement aux données générées par le réseau. Le résultat : une transparence accrue garantie et une approche mieux coordonnée au profit de nos voyageurs.

Une vision à long terme

Le secteur international des transports ne peut se faire d’illusion : du point de vue financier, les défis vont perdurer. Le nombre de voyageurs risque de ne pas revenir à son niveau pré-pandémie, et ce longtemps après la fin de la crie sanitaire. Il est toutefois essentiel d’investir dès aujourd’hui dans l’excellence afin de restaurer la confiance et la demande de services de transports publics dans un avenir proche.

A plus d’un titre, les autorités de transport connaissent aujourd’hui une période propice pour investir dans la redéfinition des infrastructures et des services. Le nombre de voyageurs est peu élevé, donnant aux décideurs l’espace nécessaire pour  se projeter à plus long-terme et se demander à quoi devrait ressembler leurs réseaux d’ici 10, 20 ou 50 ans.

« Les villes qui prendront conscience de cette opportunité sont bien placées pour affronter la tourmente économique actuelle et, une fois la page Covid-19 tournée, émerger mieux préparées et en avance sur les autres. » - Olivier Badard est CEO Asie-Pacifique, Moyen-Orient & Afrique du Nord - RATP Dev