Lancement du tramway de Rio

Le temps d'un café
Lancement du tramway de Rio

À deux mois des JO, la municipalité de Rio vient de doter le Brésil de son premier tramway high-tech. Un projet ambitieux, aussi médiatique que novateur dans cette mégalopole de 12,5 millions d’habitants. Décryptage - avec François Destribois, Directeur RATP Dev Amérique-Latine - d’un programme sans précédent et mené tambour battant par la ville.

Qu’est-ce qui fait l’originalité du tramway de Rio ?

C’est un pur concentré de technologies! Afin de s’insérer harmonieusement dans le centre historique de Rio, le réseau tramway  est 100% sans caténaire et dispose d’une alimentation par le sol grâce à un troisième rail central et des supercapaciteurs. Des modules installés sur le toit du tramway stockent et régénèrent l'énergie.

Quelle est l’ampleur du réseau ?

Le premier tronçon de la ligne 1 reliant l’aéroport de Santos Dumont à la Praça Maua vient d’être lancé le 5 juin, le deuxième tronçon sera finalisé avant les Jeux. A terme, le réseau devrait couvrir 28 km de voies, avec 31 stations. Il assurera la connexion avec tous les nœuds de transport stratégiques de la ville : métro, trains de banlieue, ferries, bateaux de croisière, bus. La fréquentation devrait atteindre 300.000 passagers quotidiens.

Un projet né dans le sillage des J.O. ?

Les Jeux Olympiques n’ont eu qu’un rôle d’accélérateur. Bien sûr le tramway va contribuer à gérer l’afflux des touristes mais il s’agit avant tout d’un projet structurant pour la ville qui s’inscrit dans le cadre de la rénovation du centre historique « Porto Maravilha ». L’arrivée du tramway s’accompagne de la transformation en voie piétonne du Rio Branco une des avenues emblématiques de la ville. Le maire Eduardo Paes veut changer le regard des Cariocas sur le cœur historique et faire passer cette zone urbaine de 32 000 à 100 000 habitants en l’espace de 10 ans.

Quel est le rôle de RATP Dev ?

L’exploitation du métro a été confiée à un consortium brésilien qui nous a choisis comme partenaire pour apporter notre expertise sous forme d'assistance technique, de conseil et de transfert de savoir-faire. Nous accompagnons nos partenaires brésiliens sur la définition des procédures d’exploitation, la formation du personnel, la phase de marche à blanc et le démarrage de l’exploitation du tramway. À ce jour, RATP Dev est le seul exploitant français avec une véritable expertise tramway ayant une activité dans la région.
 
Quels ont été les grands défis de Rio ?

Principalement la formation du personnel : Rio de Janeiro ne connait pas le tramway moderne. Il a fallu opérer un véritable transfert de compétences auprès des conducteurs et des régulateurs en un temps réduit.

Quelle a été votre stratégie ?

Nous avons fait venir les équipes de Rio à Paris en octobre pour qu’elles commencent à se familiariser dès que possible avec le tram alors que le leur n’était pas encore opérationnel. Ils ont suivi six semaines de cours théoriques avec les experts tram de la RATP. Nous avons ensuite détaché une équipe « commando » pour déployer un programme de formation très dense entre les mois de mars et mai 2016, à Rio.

Qu’est-ce qu’une équipe « commando » ?

C’est une équipe de pointe composée d’experts tout à la fois spécialistes du tramway mais aussi du transfert de compétences. Ils ont travaillé dans le monde entier, savent s’adapter à tous les publics, transmettre leurs connaissances et s’assurer qu’elles sont bien acquises. Il s’agit de former des conducteurs et des régulateurs mais aussi de leur donner une capacité managériale de transmission pour qu’ils puissent devenir à leur tour des formateurs.

Pourquoi  la marche à blanc est-elle une étape critique ?

La marche à blanc place les équipes en condition d’exploitation mais sans passagers à bord. C’est une période cruciale pour accumuler de l’expérience et développer les bons réflexes in situ, et s’approprier les systèmes de communication et de signalisation.  Pendant cette période, nous avons attribué un expert RATP à chaque conducteur pour affiner en temps réel et sur-mesure les savoir-faire critiques en déplacement urbain, comme par exemple la vision périphérique, la capacité à détecter les comportements inadéquats ou encore à réagir face aux dangers potentiels.

Les accidents sont-ils à craindre?

La sécurité a été une préoccupation à chaque étape. Toutefois, les Cariocas ne sont pas familiers avec le tram circulant en ville, c’est pourquoi la ville mène une vaste campagne de sensibilisation. L’objectif est de minimiser les risques et d’éviter les accidents graves.
Nous avons fait des recommandations pour affiner la vitesse, optimiser le paramétrage de la signalisation. Nous avons aussi mis en place des simulations d’accidents grandeur réelle avec la police et les pompiers pour analyser les capacités de réaction des équipes avec un décryptage à 360°.

Qu’en sera-t-il durant les J.O. ?

Nous serons présents aux côtés de nos partenaires brésiliens pour les aider à gérer l’afflux de passagers et prendre les bonnes décisions en cas d’incidents, c’est en effet une période critique très exposée médiatiquement et qui devrait aussi être festive !


Les Jeux Olympiques 2016 de Rio en bref :
C’est la 28ème édition des JO et la 1ère sur le continent Sud-Américain
- 7 millions de touristes attendus
- 34 sites sportifs, répartis sur les quartiers de Barra, Copacabana, Deodoro et Maracanã
- 39 événements-tests organisés avant le début des Jeux.
- 7 millions de tickets, dont 3,8 millions à moins de 30 dollars.
- Un village olympique de 750.000 m2
- 70.000 bénévoles pour aider au bon fonctionnement de l’organisation.

24/06/2016